Mobilisons nos ressources, ensemble !

La souffrance au travail : une obligation de prise en compte par les employeurs

De plus en plus, la réglementation encourage les entreprises à prévenir la souffrance au travail en mettant en place les mesures nécessaires. Beaucoup n’y pense pas ou n’y accorde que peu d’importance. Or la prise en compte des problématiques psychosociales dans l’entreprise devient de plus en plus un des enjeux majeurs pour les entreprises car leur non prise en compte peut avoir des conséquences financières (perte de rentabilité, majoration des taux AT/MP, condamnation aux prud’hommes…), humaines (dégradation du climat social, augmentation des conflits…) et organisationnelles (désorganisations, diminution du flux..). Au delà de tout cela, la non prise en compte de la souffrance au travail des salariés montre une image négative de l’entreprise, contribue à la fragiliser dans un contexte où toute action pour favoriser le bien être au travail est valorisée et valorisable, en interne comme en externe. Un tribunal vient ainsi en juin 2017 de faire reconnaître cela.

Obligation de sécurité : souffrance au travail

« Le refus d’un passage à temps complet, le climat dégradé au sein de l’entreprise, le départ du manager avec lequel la salariée avait travaillé de nombreuses années, l’arrêt maladie de son unique collègue au secrétariat de sons service constituaient autant d’éléments propres à déstabiliser la salariée. L’employeur n’ayant pris aucune mesure pour soulager cette souffrance au travail a manqué à son obligation de sécurité empêchant, par là-même, la poursuite du contrat de travail à ses torts. (Cass. Soc., 8 juin 2017, n° 16-10.458).

Employeurs vous êtes prévenus!!!

 

Rétrolien depuis votre site.

Axelle

This information box about the author only appears if the author has biographical information. Otherwise there is not author box shown. Follow YOOtheme on Twitter or read the blog.

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.